Présentation de l'Association

Le chef de chœur Luc Guilloré nous a quittés brusquement en novembre 2010. L'Ensemble Choral de la Roche-Bernard, qu'il a fondé en 1974, a souhaité prolonger l'action importante qu'il menait dans les domaines de la recherche, de la pédagogie et de l'interprétation des répertoires des chants traditionnels harmonisés des régions de France et du Monde.

 

              L'Ensemble Choral a alors décidé de donner naissance à une structure spécifique porteuse de ce projet culturel : " fileri filera ", qui offrirait au public du pays de Vannes un grand rendez-vous choral autour du chant traditionnel tous les deux ans, pendant le week-end de la Pentecôte. Dans son objectif de formation pédagogique, fileri filera propose, entre chaque rendez-vous choral, des stages animés par des professionnels. Ces stages invitent les participants à découvrir une nouvelle approche du chant traditionnel par l'apprentissage d'un répertoire et un concert de l'artiste intervenant.

 

Le premier rassemblement a eu lieu en juin 2012 à La Roche-Bernard et dans les communes alentours, invitant le public à partager :

 

- des grands concerts avec des artistes professionnels

- des concerts-patrimoine dans les chapelles, églises et lieux patrimoniaux du pays de Vannes, permettant aux chorales préalablement inscrites de se produire.

- des ateliers chants animés par des intervenants professionnels

- une grande ronde chantée ouverte à tous

 

Fort du succès de la première édition (4000 spectateurs au cours du week-end), fileri filera organisait trois autres rendez-vous en juin 2014, mai 2016 et mai 2018

 

 

La quatrième édition des stages autour du chant traditionnel aura lieu en mai 2019

 

Les cinquièmes rencontres  se dérouleront en 2020,

lors du week-end de la Pentecôte.

Présentation détaillée

PREAMBULE

 

« Par chez nous vint à passer trois filandières de laine

La première qui passera fileri filera

La première qui passera filera la laine... »

 

Extrait du chant à la dizaine Dix filandières de laine, collecté auprès de Mme Huguet à Bringuin en Nivillac.

 

Le chef de chœur Luc Guilloré nous a quitté brusquement en novembre 2010. L’Ensemble Choral de La Roche-Bernard, qu’il a fondé en 1974, a souhaité prolonger l’action importante qu’il menait dans les domaines de la recherche, de la pédagogie et de l’interprétation des répertoires des chants traditionnels des régions de France et du monde. Pour mener à bien ce projet, l’Ensemble Choral de La Roche-Bernard a décidé de donner naissance à Fileri Filera.

 

UN PROJET CULTUREL

 

« Un peuple qui ignore ses chants populaires ne connait pas son âme » écrivait en 1906 l’ethnologue Bourgault-Ducoudray.

 

La chanson traditionnelle demeure essentiellement l’expression spontanée du peuple qui l’intègre dans toutes les étapes de sa vie quotidienne. Elle est, de plus, intrinsèquement liée au territoire qui l’a vu naître, caractéristique d’un pays, d’une région, d’une histoire... Il y a en quelque sorte une chanson natale comme il y a un village natal.

 

Dans toutes les régions de France, des collectages ont été effectués autour de la tradition orale, des milliers de chants ont été sauvés de l’oubli et rassemblés dans des anthologies. La Bretagne, terre particulièrement attachée à sa culture, a su conserver vivante cette pratique du chant traditionnel, par le biais des festou-noz où l’on peut entendre nombre d’airs à danser. Mais les autres chants ?

 

Ces chants de circonstance qui ne sont plus, justement, chantés dans leurs contextes d’origine : chants de travail, chants de quêtes, complaintes... Comment peut-on favoriser leur rencontre avec un plus grand nombre d’interprètes ? Comment mettre en valeur ces répertoires issus des régions de France et de ses multiples langues, comme savent le faire nos voisins européens ? (Italie, Europe de l’Est, Scandinavie, etc)

 

Comment développer et propager la découverte du répertoire des chants traditionnel harmonisés, de France et d’ailleurs, en français, en langues régionales et étrangères ?

Bien que n’ayant pas été conçus polyphoniquement, mis à part pour quelques régions comme la Corse ou le Pays Basque, ces chants une fois harmonisés à plusieurs voix proposent une nouvelle interprétation, permettent de toucher un nouveau public, d’ouvrir de nouvelles voies. Il faut néanmoins accompagner cette transformation d’un travail pédagogique, par des spécialistes de ces répertoires, afin de ne pas trahir leur caractère initial, leur fonction première tout en continuant à les faire vivre dans notre monde contemporain. Ces chants si précieux à notre vivre-ensemble pourront alors déployer la charge émotionnelle qu’ils véhiculent et continuer de nous toucher par leur remarquable beauté.

 

 

FILERI FILERA : RENCONTRES AUTOUR DU CHANT TRADITIONNEL HARMONISE

 

L’association Fileri Filera a pour vocation d’apporter une contribution cette réflexion en invitant choristes et chanteurs, amateurs ou professionnels, à participer à son festival afin de découvrir ces

répertoires méconnus.

Ainsi, le festival Fileri Filera s’est donné pour objectif principal d’apporter une contribution à la découverte et à la diffusion de ces répertoires traditionnels harmonisés, par le biais du chant choral. Son second objectif est de faire de cette orientation artistique, un projet d’action culturelle qui puisse concerner l’ensemble de la communauté de communes Arc Sud Bretagne, et ses populations. Inscrit dans la durée, le projet s’attache à toucher le plus grand nombre d’acteurs locaux publics et associatifs, au travers de trois grands axes :

 

  • La recherche appliquée sous forme d’ateliers

  • La programmation de concerts

  • Le développement d’un réseau Fileri Filera

En invitant des formations vocales et musicales professionnelles, en proposant des conférences, en

expérimentant par le biais d’ateliers collectifs et en se retrouvant lors de moments festifs et partagés, le festival Fileri Filera souhaite promouvoir la connaissance des répertoires traditionnels et favoriser leur expression.

 

Tous les deux ans, le festival devient rencontre, et par le biais d’une programmation dense, permet aux participants de vivre sur trois journées de Pentecôte, l’expérience du chant traditionnel harmonisé dans les domaines de la recherche, de la pédagogie et de l’interprétation actuelle.

 

Les années intermédiaires sont consacrées à une formule plus petite mais toute aussi intensive, par la tenue d’ateliers de chants faisant la part belle à un répertoire donné, mené par un professionnel.

Celui-ci est chargé de transmettre son approche du répertoire aux stagiaires participant, puis de présenter son travail par le biais d’un concert, ou d’une étape de création.